Une putain exhibée nue en forêt

3/10 photos commentées par le Maître :

Photo 1 : Cette image semble en dedans par rapport à ce qu'elle aurait pu être et elle aurait été infiniment meilleure si l'esclave avait daigné s'approcher, écarter sa chatte et nous la montrer sans fausse pudeur... l'esclave sait pourtant qu'une bonne pute montre sa chatte et son cul sans faire de chichis... ça aurait été sûrement intéressant aussi de voir l'esclave se faire baiser comme la salope qu'elle est par un mâle exigeant... voire par deux... ils n'auraient sûrement pas pris de gants pour la fouiller, la pénétrer, la faire sucer, l'enculer... brefs ; tous usages que doit rendre une bonne salope. Et pour finir, la pute aurait sûrement dû se branler devant eux sous leurs commentaires acerbes et humiliants et bien sûr sous leurs injures... quant à t'essuyer avec ta robe, cela t'arrivera sûrement souvent puisque tu ne porteras jamais de culotte...

Photo 2 : Changement de décor... la nature est beaucoup moins hostile, la nudité de nouveau n'y paraît plus un élément de fragilité mais de communion... ceci dit, la pose et le commentaire semblent suggérer le début d'un "chemin de croix et d'exhibition", la pute étant censée marquer des "stations" et d'attendre nue que le photographe daigne lui donner le droit et la possibilité de redémarrer... intéressant jeu... quant aux rappels à l'ordre sévères, ils sont tout à fait mérités... tu dois être vue bien sûr et le plus souvent possible... tu n'as pas à réfléchir, à chercher si l'on peut te voir, mais seulement à te montrer toujours et encore...

Photo 3 : Plus intéressant... la salope a été mise à quatre pattes par le photographe qui l'oblige à exhiber ainsi sa croupe... inutile de dire qu'elle est aussi en position pour être saillie, ce qu'elle espère de tout son cœur... notre salope est perpétuellement en chaleur... elle doit être baisée au moins une fois tous les jours, si ce n'est plus... sans oublier notre projet de week-end ou elle doit être prise par 5 à 8 males qui la traiteront comme bon leur semble, feront d'elle un objet sexuel dont ils profiteront en l'injuriant avant de se réajuster sans même un regard pour elle.


Textes de Phil Hirst, auteur de Souvenirs de Débauche - Editions La Musardine - Média 1000